Deux attaques terroristes ont été perpétrées au Burkina Faso

Assaults on Friday in Ouagadougou, the capital of Burkina Faso, left at least eight members of the security forces and eight attackers dead. Credit Ahmed Ouoba/Agence France-Presse — Getty Images

Deux attaques terroristes ont été perpétrées au Burkina Faso, frappant le quartier général de l’armée burkinabé et l’ambassade française située dans la capitale du pays, Ouagadougou. Le bilan provisoire fait état de 13 morts, dont 8 assaillants, et de plus de 80 blessés, l’AFP estimant que l’attaque avait fait une trentaine de morts. Les individus ayant péri dans les attentats faisaient partie du personnel de sécurité des deux institutions.

Clément Sawadogo, ministre de la sécurité du Burkina Faso, a décrit les modalités de l’attaque perpétrée par véhicule piégé :
« Le véhicule était bourré d’explosifs, la charge était énorme » et a occasionné « d’énormes dégâts ». « Il y avait une réunion sur le G5 Sahel », « peut-être qu’elle était visée »
Lemonde.fr

Sawadogo a d’ailleurs déclaré aux journalistes qu’une réunion d’officiers supérieurs était prévue au quartier général de l’armée et que le regroupement avait été déplacé à la toute dernière minute vers un autre endroit. Selon Sawadogo, l’attaque aurait pu “décapiter” l’armée burkinabé si la réunion n’avait pas été déplacée.

Bystanders look on as security personnel move beside an armoured personnel carrier in Ouagadougou on March 2, 2018, as the capital of Burkina Faso came under multiple attacks targeting the French embassy, the French cultural centre and the country’s military headquarters. (AHMED OUOBA/AFP/Getty Images)

L’opération Barkhane, une force d’interventions comprenant maintenant 5 000 soldats français, lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel, au Burkina Faso, au Mali, au Niger, au Tchad et en Mauritanie. L’opération vise à contrer le terrorisme dans la région et à créer une zone tampon pour contrer le passage de terroristes vers la Lybie.

Ce n’est pas la première fois que la capitale burkinabé est frappée par des attaques terroristes. En janvier 2016, un attentat terroriste contre l’hôtel Splendid et le restaurant Capuccino avait coûté la vie à 30 personnes, dont six habitants de la ville de Québec, Yves Carrier, Maude Carrier, Gladys Chamberland, Louis Chabot, Charlélie Carrier et Suzanne Bernier, et profondément endeuillé leur communauté. Ils s’étaient rendus au Burkina Faso avec la Congrégation des soeurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours pour aider à la construction d’une école.

Le nord du Burkina Faso a également été le théâtre de nombreuses attaques terroristes depuis 2015, le bilan s’établissant à 133 morts en 80 attaques.

 

1 Shares